Archives de catégorie : Ludothèque et bibliothèque

La parenthèse ludique – Exposition Jeu – PatdelMuro

L’expo à louer, à voir, à jouer…

 Mystères de la forêt (5)

 

Création – ©Patricia Oger

Je vous propose une exposition ludique nomade, pour vous donner à voir, à faire, à découvrir, à jouer !

Sous la signature PatdelMuro,  cette exposition est à louer.

Elle est développée sous le concept suivant :

    • 10 jeux peints sur bois,

    • 10 toiles – visuels d’éléments de jeu (tableaux peints en acrylique/huile)

    • 10 tissus naturels colorés assortis aux jeux et aux toiles

  • 10 règles de jeu dans des supports de présentation

L’expo en images

Je remercie les joueurs qui ont accepté d’être pris en photo dans la ludothèque de Saint Jean d’Angely, lors de la présentation de mon exposition ludique joueuse…

Ma démarche….

J’ai tout d’abord animé des ateliers de fabrication de jeux, notamment avec les étudiants de la licence ludothécaire de Cholet, mais aussi avec des écoles et surtout avec des ONG sans beaucoup de moyens notamment à l’étranger et principalement au Cambodge et au Congo.  A germé ensuite cette idée de développer une exposition itinérante autour du jeu pour faire voyager les jeux.

J’ai donc allié mes compétences de ludothécaire, artiste peintre, couturière pour imaginer cette exposition ludique afin de donner à voir, à faire, à découvrir, à jouer.

Cette exposition se loue, elle est plus destinée à des enfants (3 à 12 ans) et les familles, les ados et  adultes y trouvent leur compte aussi. Certains jeux sont des créations, d’autres sont des réalisations de jeux déjà existants. La couleur et la matière sont au cœur du projet à travers les tissus, les jeux et les toiles. L’idée étant principalement de les faire voyager pour le plaisir des publics.

Cette exposition jeu peut trouver sa place en ludothèques,  médiathèques ou encore dans les musées (animation pour la nuit des musées), centres sociaux, écoles ou comités d’entreprises (animation de noël autour du jeu) ou autres selon vos demandes.

Elle peut aussi voyager dans les festivals, les événements multiples, les fêtes….etc

  • Chaque jeu est peint sur bois (60 cm x 80 cm) et se porte comme une valise pour plus de praticité,
  • Chaque jeu se pose sur un tissu coton coloré (10 couleurs énergisantes)
  • Chaque jeu est accompagné d’une toile (tableau) réalisée à l’acrylique et/ou à l’huile (reprenant un élément visuel en lien avec le jeu),
  • Chaque jeu comporte de jolies pièces de bois et une règle succincte dans un présentoir.

Cette exposition jeu est à louer. 

Présentation plus détaillée de 2 jeux :

La cité des dragons perdus – Création – ©Patricia Oger

Création - PatdelMuro

Création – PatdelMuro

C’est l’histoire de Leila qui a été exilée sur cette île déserte parce que les gens pensaient qu’elle était maléfique. Elle était une grande magicienne et élevait des dragons. Elle a ainsi été transportée sur cette île lointaine d’où elle ne pouvait s’échapper. Heureusement, elle avait emporté avec elle des œufs de dragons qu’elle avait cachés. Elle est restée seule sur cette île, mais elle vécut heureuse car elle avait ses 6 dragons comme amis et elle faisait de longues balades sur leur dos. Comme elle était magicienne, elle avait prolongé sa vie de beaucoup d’années. Bien qu’ils soient dotés de puissantes ailes, les 6 dragons sont toujours  restés prisonniers sur cette cité perdue, car ils ne pouvaient voler assez longtemps pour trouver des terres lointaines. Seuls de vaillants guerriers ou guerrières réussiront à les délivrer, mais ils devront franchir avec réussite le parcours semé d’embûches. Serez-vous ces aventuriers courageux ?

Le damier des couleurs – Création – ©Patricia Oger

Création - PatdelMuro

Création – PatdelMuro

Inspiration : 
En principe un damier est constitué de 2 couleurs. Réaliser ce damier avec 12 couleurs pour en faire un jeu à d’abord été un plaisir. J’ai imaginé ce jeu autour de la constitution de 96 cases réparties sur le plateau en 12 couleurs, chaque rangée de 8 comporte les mêmes couleurs. C’est un peu mathématique ! J’ai d’abord eu envie de peindre le plateau en imaginant le damier et sa répartition.  Puis j’ai cherché le jeu. J’aurai pu faire le contraire, mais le cheminement a été celui-ci : d’abord, le plaisir de créer et ensuite la recherche ludique. C’est étonnant ?

Données techniques

  • Les jeux sont peints sur bois (planches rectangulaires de 60 cm x 80 cm), il est préférable d’avoir des tables de 0,80m x 1m20 pour les installer sur les tissus de coton de couleur qui sont assortis (fournis),
  • Les tableaux sur toiles sont peints à l’acrylique et/ou à l’huile, ils reprennent des éléments des plateaux de jeux afin d’offrir des visuels à travers un hublot. Ces toiles mesurent 40 cm x 50 cm et s’accrochent facilement,
  • Chaque jeu est accompagné d’une règle simple glissée dans un présentoir PVC transparent,
  • La durée du prêt de l’exposition est variable selon vos demandes,
  • La surface minimum nécessaire est de 50 m² ou plus (pour jouer aisément).
  • Les frais de transport, d’installation et d’assurance, sont à la charge de l’organisateur en plus de la location.
  • Je peux livrer,  installer et animer les jeux si besoin.

Contact diffusion pour louer l’exposition jeu : 06 78 95 77 47 ou ogerpatricia@orange.fr

Cette exposition a été installée à la Verrie en Vendée, lors de la conférence sur le jeu que j’ai animée à Louviers, à Plancoët en Bretagne, à la Médiathèque d’Anglet, à Saint Jean d’Angély, etc…

A noter que cette exposition ludique peut être complétée par la présentation de livres en lien avec les thématiques des jeux. La Médiathèque d’Anglet a puisé dans ses collections pour poser à coté des jeux, des livres qui apportaient vraiment un plus à cette présentation répartie dans les différents secteurs de la Médiathèque. Chaque public a pu faire une pause autour des jeux et jouer avec d’autres.

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Cohabitation des ludothèques et des bibliothèques

Il faut sauter
Faites le Saut

Cohabitation du livre et du jeu

Les médiathèques  voient leurs fonctions évoluer, elles se cherchent dans ces mutations sociales et culturelles. Les ludothèques apparaissent aujourd’hui comme une réponse presque logique à l’existence d’une cohabitation avec les médiathèques. Pourtant, il est nécessaire de rappeler que dans les années 1980 à 1990, les politiques en vogue sur le développement de « Nouvelles » médiathèques avec de « Nouvelles » constructions parfois majestueuses, pour renforcer l’image urbaine de la ville, ont  à cette période, ignoré, parfois même dénigré le travail des ludothèques. Celles-ci ont de ce fait peiné à évoluer avec de modestes  moyens au regard de ceux attribués aux médiathèques. Beaucoup de villes (trop certainement) ne se sont, à ce jour, toujours pas dotées de ludothèques ! Je suis tentée d’ajouter hélas !

LA LUDOTHEQUE EST UN OUTIL A VALORISER

La volonté et la motivation de nombreux ludothécaires et la force du réseau ont malgré tout permis de développer de nombreuses structures sur le territoire, j’ajouterai presque  « contre vents et marées » parfois !

La France compte cependant 1200 ludothèques et 40% d’entre-elles sont publiques (source ALF).

Certains élus ne comprennent toujours pas  pourquoi les ludothèques rencontrent un tel succès et sont autant fréquentées. J’en suis toujours étonnée moi-même (non pas que les ludothèques soient aussi fréquentées, mais que des élus pensent ceci !) .

Comment peut-on encore nier l’apport du jeu et du jouet dans notre société ? Juste pour info un Musée parisien est consacré à cet art :

Musée de l’art ludique

Pourquoi les pouvoirs publics accordent-ils aussi peu d’importance à un domaine qui est en plein développement ? Il est utile de considérer le nombre de métiers et par conséquence de professionnels qui utilisent le jeu dans leurs activités développées auprès des personnes.

Les ludothécaires devraient continuer de valoriser auprès d’eux l’image de la ludothèque tournée vers le secteur de la petite enfance parce que son action est importante dans la construction de l’individu dès son plus jeune âge, mais les ludothécaires devraient surtout communiquer sur le travail assuré auprès de nombreux organismes.

Les ludothécaires apportent un soutien à une multitude de professionnels, je ne vais en citer que quelques uns :

  • Puéricultrices, auxiliaires de puériculture,
  • Assistants maternels, parents, grands-parents (qui ont la garde d’enfants),
  • Éducateurs de jeunes enfants, éducateurs spécialisés,
  • Moniteurs  éducateurs, animateurs,
  • Professeurs des écoles, instituteurs, enseignants spécialisés, ATSEM,
  • Travailleurs familiaux,
  • Psychologues, psychiatres,
  • Orthophonistes, psychomotriciens, psychopédagogues, ergothérapeutes, kiné…,
  • Médecins, pédiatres,…
  • Historiens du jeu, chercheurs, ethnologues,
  • Universitaires, étudiants, formateurs en RH,
  • Industriels, créateurs, artisans, commerciaux,…

L’impact de l’utilisation du jeu varie donc  selon le milieu dans lequel il est valorisé et utilisé. Sa finalité en est modifiée,  reste néanmoins que le ludothécaire a un rôle important dans les différentes approches de ces pratiques.

Le ludothécaire a des connaissances, non seulement sur les spécificités des besoins des personnes, mais aussi sur les pratiques du jeu. Il est en capacité de développer des collections de jeux et de jouets en adéquation à tous ces besoins. Il apporte  des conseils pertinents aux professionnels que ce soit dans  le domaine de la psychologie que celui de la santé ou encore les secteurs liés aux  activités sociales, culturelles, éducatives, touristiques, scientifiques,..

Comme les bibliothèques-médiathèques, les ludothèques ont su s’adapter aux mutations et leurs compétences se développent au fil de leurs évolutions. Il est seulement dommage, que certains responsables politiques n’aient pas  senti cette tendance dès les années 80 et 90, et même ensuite vers les années 2000 pourtant prometteuses, mais il n’est pas trop tard !

Il conviendrait que dans leurs projets politiques, ils ne voient plus les ludothèques comme une réponse « bouche-trou » à des politiques en pleines mutations : TAP, médiathèques qui se vident, violences dans les quartiers…mais qu’ils voient la ludothèque comme un atout à valoriser au bénéfice de leurs populations.

La ludothèque est un formidable outil, mais il est nécessaire de lui donner les bons moyens pour fonctionner. Ceci nécessite donc de les intégrer aux réflexions des politiques urbaines, sociales, éducatives et culturelles en prenant en compte leurs fonctions et en leur donnant des ressources à la hauteur des ambitions.

Les Villes voient leurs budgets sacrifiés de par le désengagement de l’Etat sur certains domaines, et doivent donc repenser leurs projets pour calculer au plus juste leurs répartitions budgétaires tout en ne perdant pas de vue leurs objectifs auprès des populations qui par ailleurs, paient des impôts et attendent des services de proximité.

En période de crise, l’heure est donc de repenser des projets plus tournés vers les  besoins de la population, plutôt qu’à des opérations de prestige et de communication.

DÉVELOPPER UNE POLITIQUE DU JEU

position of stones during go game playing

S’intéresser aux politiques du livre est une excellente chose pour l’éducation et l’enrichissement des individus, mais il conviendrait de s’intéresser dans les mêmes proportions aux politiques du jeu complémentaires à celle du livre et qui sont toutes aussi efficaces  à « Élever » l’individu et à le structurer d’un point de vue social, culturel, éducatif et psychologique. Il ne faut pas perdre de vue que le jeu est le premier outil de l’enfant.

Développer  des ludothèques structurées dans les communes, les quartiers et dans les cœurs de villes a un impact sur la vie des personnes et leur capacité à vivre ensemble. Ceci n’est pas à négliger, surtout dans le contexte actuel.

Je lance cette réflexion comme une petite goutte d’eau dans la mer. Mais, si cette réflexion pouvait avoir un impact aussi petit soit-il, je me dis que ce sera toujours çà !

J’ai commencé à travailler dans le milieu des ludothèques dans les années 79. J’ai eu la chance de travailler dans différents milieux : ludothèque de quartier difficile, ludothèque en hôpital, ludothèque de centre ville, ludothèque  en école de sourds muets, ludothèque dans des campings, ludothèque en ONG, ludothèque de cœur de ville…

J’ai pu observer l’apport bénéfique de ces ludothèques auprès des personnes. Je ne peux aujourd’hui que les défendre et valoriser leurs actions comme un acte engagé, responsable et efficace sur le terrain.

Une ludothèque, c’est une arme de paix dans un quartier, un outil de médiation formidable, un lieu sécurisant, un lieu de parole, un lieu de réconfort, un lieu de rencontre, un lieu de tolérance, un lieu de partage, un lieu de convivialité, un lieu de joie, un lieu de détente, un lieu de découverte, un lieu d’éducation, un lieu d’ouverture culturelle, ….etc… Comment peut-on encore aujourd’hui accorder aussi peu de crédibilité à ces structures qui portent à bout de bras toutes ces actions en faveur des populations ?

La philosophie des ludothèques est centrée sur l’accueil des personnes, quelques soient leurs profils, leurs faiblesses, leurs difficultés, leurs compétences, leurs capacités,… On y accueille les personnes telles qu’elles sont !

Les ludothèques offrent un espace de décompression, pour se détendre et partager de bons moments avec d’autres autour du jeu.

Le ludothécaire fait du lien dans son quartier, sa commune, sa communauté de communes, sa ville…

Le ludothécaire accueille, il est là auprès des personnes, auprès des habitants, il les écoute, partage, réconforte parfois, enrichit, conseille et oriente.


LE JEU ET LE LIVRE

livre et jeu

 

L’intégration du support livre en ludothèque et du support jeu en  médiathèque peut s’avérer pertinente, à condition qu’elle soit bien réfléchie et qu’autant de crédit soit porté au jeu, qu’au livre, d’autres supports peuvent être associés. Actuellement on évoque ce service comme le 3ème lieu. Mais pourquoi 3ème ? Ceci sous entend qu’il y en ait 2 autres. En effet, Ray Oldenburg qui a imaginé ce concept dans les années 80, indiquent que les 2 premiers sont la maison et le travail (ou l’école).

Dans les villages, ou dans les quartiers de villes, il est en effet intéressant d’ouvrir un service central (spacieux) permettant de se retrouver pour y faire des activités variées (lecture, jeux dont jeux vidéo, multimédia, apprentissages divers comme les langues ou autres…) – on retrouve ceci dans les centres sociaux ou autres organismes qui ont vocation a proposer des activités ou supports de culture aux habitants.

Des Ludo-Bibliothèques ou des biblio-ludothèques fonctionnent déjà depuis de nombreuses années. Dans notre région des Pays de la Loire, des Villes se sont lancées. Par exemple à Saint Herblain, La Roche sur Yon,  Château du Loir, Sainte Luce sur Loire,…  et pas très loin, Niort, mais aussi ailleurs, Tourcoing ou la Grande motte, dans la région parisienne à Fosses, ou encore  au Québec ou ailleurs…

Plusieurs possibilités existent  :

1/ Cohabitation de 2 services indépendants : ludothèque, bibliothèque. Coller un service à côté d’un autre, sans interactions présente à mon sens peu d’intérêt,

2/ Cohabitation de 2 services dépendants de la même hiérarchie, ceci permet de rationaliser les moyens : espaces, budgets, ressources humaines, mais si les supports culturels restent séparés, ceci rejoint la première possibilité…reste néanmoins l’avantage pour le public de pouvoir fréquenter 2 services proches,

3/ Intégration de la ludothèque à une médiathèque ou d’un espace bibliothèque à une ludothèque, ceci nécessite de repenser les fonctions des locaux et les concepts de fonctionnement qui étaient plutôt basés sur la séparation des supports, donc des métiers par secteurs. La nouveauté implique de revoir les espaces en fonction des catégories de publics, de leurs besoins et des interactions envisageables. Ceci implique de mettre à disposition les supports complémentaires que peuvent être les livres, DVDroms, jeux, albums… sur un même espace.

Si vous êtes dans cette dynamique de vouloir se faire, se côtoyer,  le jeu et le livre, alors pensez que le jeu prend plus de place que le livre dans son utilisation, il génère aussi plus de bruits. Il est donc nécessaire d’intégrer ces 2 contraintes pour réussir cette cohabitation. Les sections d’études devront donc être isolées pour laisser place au lieu vivant en place centrale autour des jeux, des albums, de la musique…etc

Il convient d’amorcer une réflexion sur l’aménagement de vos espaces en intégrant une offre culturelle adaptée à l’accueil des catégories de publics tout en offrant tous les supports culturels qui deviennent ainsi complémentaires, le livre et le jeu, la musique, albums, vidéo et autres outils…

J’imagine de beaux espaces  pour que le public se sente « comme à la maison » avec des micro espaces confortables multipliés. Le 3 ème lieu (concept né dans les années 80 en Floride par Ray Oldenburg) devrait tenir ses promesses sous diverses conditions. Les collectivités doivent notamment prendre en compte les évolutions sociétales pour  :

  • affiner leurs offres culturelles aux nouveaux besoins des populations,
  • offrir aux publics des lieux où chacun peut trouver sa place,
  • penser à préserver la liberté de choix des supports et des pratiques culturelles,
  • apporter des réponses dans un secteur géographique proche (service de proximité),

Plusieurs facteurs doivent être concomitants pour réussir le développement d’un 3ème lieu :

  1. Etre un espace neutre et vivant,
  2. Avoir des habitués qui le fréquentent,
  3. Bénéficier d’une atmosphère de détente, conviviale, un peu comme à la maison,
  4. Favoriser la joie et chaleur humaine, bien accueillir,
  5. Avoir le sentiment d’appartenance à une communauté,
  6. Permettre de vivre des expériences nouvelles, fantaisistes qui surprennent,
  7. Proposer un cadre propice aux rencontres et aux échanges,
  8. Renforcer la cohésion sociale par les liens intergénérationnels et interculturels,

Ray Oldenburg indique que différents types de lieux font office de 3ème lieu : le café, le co-working, la maison de quartier,…Les médiathèques et les ludothèques pourraient élargir leurs compétences en s’adaptant aux nouveaux besoins des populations.

De l’autre côté de l’hexagone, certains se sont prêtés au jeu ! Ils ont imaginé un espace et l’ont réalisé :

Bibliothèque Monique Corriveau au Québec

Bibliothèque de Hjorring au Danemark

Autres sites en France :

Et enfin la bibliothèque 3ème lieu de Saint Aubin du Pavail qui a développé de nombreux projets intéressants pour les populations dans un esprit convivial.

Bibliothèque 3ème lieu de Saint Aubin du Pavail

 

Autre info :

Beaucoup de ludothèques côtoient les bibliothèques, c’est le cas de la ludothèque de Bourg Saint Maurice. La Communauté de communes qui vient de construire 2 nouveaux espaces culturels rapprochant ainsi le livre et le jeu.

A l’ONG A.V.E.C. à Battambang  au Cambodge, un fonds livres est développé en lien avec un fonds de jeux et de jouets au sein du refuge d’enfants

A lire aussi les ouvrages divers sur le 3ème lieu :

L’ouvrage intitulé Bibliothèque 3ème Lieu, sous la direction d’Amandine Jacquet

Autre outil : l’étude intitulée « Jeu et Bibliothèque : Pour une conjugaison fertile » réalisée par l’Inspection générale des bibliothèques. Les centres universitaires formant au métier de ludothécaires et autres acteurs du domaine très spécifique des ludothèques et du jeu auraient pu être associés à cette étude pour apporter un éclairage sur la pratique du jeu et ce qu’elle implique en dehors du champ théorique

 

Voir aussi l’article suivant :  Allons jouer à la bibliothèque – Gazette des communes

et les travaux d’études suivants :

DARFEUILLE, Claire. La biblio-connection concilie le livre, l’écran et le jeu [en ligne]. Paris : Goethe-Institut, 2014.

STAMPFL, Nora S. La ludification du savoir – Les bibliothèques se transforment en espaces ludiques [en ligne]. Paris : Goethe-Institut, 2014.

ALVES, Colette. Le jeu, l’écran, la bibliothèque : Journée d’étude, Alfortville (94), 2 avril 2012. Bibliothèque(s) [en ligne], 2012, n. 64, p. 64-65.

DRES, Hélène. Le jeu et la bibliothèque, un outil pour changer d’image ou un réel changement ? [en ligne]. Mémoire de Master II, Sciences Humaines et Sociales, mention Sciences de l’information et de la communication, parcours Métiers du Livre, option Bibliothèque. Saint-Cloud : Université Paris Ouest – Nanterre – La Défense, 2010.

Vous pouvez me contacter pour mettre en lien votre structure ou compléter cet article par votre contribution.

Merci d’avance,

ogerpatricia@orange.fr

 

Présentation des ludothèques

LA LUDOTHEQUE, UN ESPACE D’EXPRESSION ET D’INTERPRETATION

La ludothèque est un pôle de ressources ludiques géré par des ludothécaires. C’est un espace dédié aux jeux et aux jouets où se pratiquent  le jeu sur place en offrant une large palette de propositions de mises en jeu et,  du prêt de jeux et de jouets.

La philosophie de la ludothèque est autour de la liberté de choix, du partage, de l’échange, de la découverte…en JOUANT avant tout POUR LE PLAISIR !

On peut y proposer également de la médiation culturelle par le jeu, des expositions, des animations, des spectacles (micro-scène),  Sa structuration autour du jeu (pour jouer)  lui permet d’accueillir du public de tous les âges. Ainsi, elle participe à l’épanouissement et à l’éducation de l’individu quel que soit son statut : bébé, enfant, ado, adulte, sénior, mais aussi personnes valides ou non valides et/ou issues de cultures et de milieux sociaux différents, parents, ou encore professionnels utilisant le jeu dans leurs activités ou groupes…

Espace de découverte, lieu de détente et de divertissement, la ludothèque implantée dans une commune, un quartier ou en cœur de ville favorise les échanges intergénérationnels et interculturels, créateurs de lien social.

La réflexion autour de la mise en jeu est très importante, car c’est ce qui va permettre à chacun de trouver sa place, selon ses désirs et ses attentes, sa liberté de choix. L’espace du jardin de la ludothèque ouvre des champs d’exploration complémentaires à ceux qui se trouvent à l’intérieur ou en itinérance. C’est un tout !

L’axe principal de la ludothèque est donc bien de favoriser le JEU sous toutes ses formes pour en faire des espaces relationnels.

Grâce aux propositions de jeux multiples, la ludothèque facilite la socialisation. Outil d’apprentissage et de transmission des savoirs, par l’expérimentation, elle offre  ainsi un lieu de découverte, de connaissances et d’enrichissement grâce au jeu.

La ludothèque a pour fonction de promouvoir le jeu comme objet de notre culture. Pour reprendre le concept de Nathalie Roucous, elle a pour vocation de «donner à jouer». Véritable lieu d’expression et d’interprétation, espace libre où chacun peut s’adonner à l’activité de son choix, elle permet notamment aux enfants d’accéder à leur autonomie. Organisée dans une logique de développement durable grâce au partage des biens, la ludothèque participe également à la conservation du patrimoine en favorisant la transmission et l’enrichissement de la culture ludique.

Par sa spécificité, la ludothèque est  un espace public capable de répondre aux besoins des populations (de l’enfant à l’adulte sénior). Une ludothèque  est donc un véritable atout pour une ville, une commune, un quartier, une communauté d’agglomération ou de communes, un département…

Elles se développent sous différentes formes et peuvent être associées dans un 3ème lieu :

  • Les ludothèques indépendantes,
  • Les ludothèques associées,
  • Les ludothèques intégrées,
  • Les ludothèques itinérantes,
  • Les ludothèques éphémères…

Il ne faut pas confondre, les placards de jeux, les espaces de jeux et les ludothèques (comme il ne faut pas confondre sa bibliothèque de salon, le service documentation d’une école, une bibliothèque de quartier et une médiathèque…). Chaque entité peut avoir une fonction différente, néanmoins les unes peuvent-être complémentaires des autres.

enfant empilant des formes en bois

Afin qu’elle trouve sa place ou qu’elles trouvent leur place dans la cité, il convient de reconnaître les ludothèques comme des équipements à part entière et de leur donner les moyens suffisants pour assurer leur fonctionnement, comme les bibliothèques,  les écoles d’arts ou les écoles de musiques ou n’importe quel autre équipement culturel. Une ludothèque trouve sa crédibilité grâce au soutien des élus locaux, aussi (et surtout) en bénéficiant de moyens pour développer son offre de service. Beaucoup de villes se lancent dans la construction de bâtiments pour abriter leur ludothèque notamment avec le concept 3ème lieu. C’est nouveau pour ce secteur culturel.

Une ludothèque peut aussi s’envisager dans des espaces plus atypiques comme par exemple un domaine-hôtel, une ancienne grange transformée en ludothèque en milieu rural, ouverte au grand public…ou encore une auberge, voir les liens des sites :

Le 3ème lieu apparaît aussi comme le nouveau terrain de développement pour les ludothèques qui sont vraiment appropriées pour l’intégrer, car le support jeu est vraiment associé aux valeurs portées par le 3ème Lieu (voir la formation que je propose sur ce sujet)

EVOLUTION HISTORIQUE DES LUDOTHEQUES

La première ludothèque voit le jour en 1934 à Los Angeles. En Europe, c’est le Danemark qui montre la voie en 1959, suivi de près par la Suède en 1963.

En France, l’Association culturelle bourguignonne de Dijon prend l’initiative de créer une ludothèque en 1967.

Peu à peu, les ludothèques se développent et le mouvement se structure.

En 1979, la France compte 80 ludothèques. A cette période, je travaillais à la Ludothèque de Poitiers qui avait 2 entités, l’une Avenue Kennedy et l’autre dans une école de sourds muets, avenue de la Libération. C’est l’année où l’Association des Ludothèques Françaises est née.

A ce jour, L’ A.L.F : Association des Ludothèques Françaises, dont le siège est à Paris, dénombre 1200 ludothèques. 57% des ludothèques sont développées dans le milieu associatif par exemple sur des initiatives de jeunes parents ou de collectifs avec les micro-projets dans des quartiers ou le développement de structures itinérantes en milieu rural. Des ludothèques associatives plus importantes se développent parfois en Ville avec des projets proches ou complémentaires des programmes politiques, l’activité peut aussi se développer au sein de maison des jeux, de maisons de quartiers, de collèges, d’hôpitaux, d’écoles spécialisées.

Il est à noter par ailleurs, que 40% d’entre-elles sont publiques, c’est une tendance qui se développent largement. Ce chiffre est en nette progression depuis plusieurs années. Les villes intègrent de plus en plus ces équipements dans leur programme politique, peut-être grâce aux formations de ludothécaires (Cholet, Bordeaux, Lyon, Paris). De plus en plus de professionnels formés intègrent ou développent des ludothèques. 3% des ludothèques se développent dans le secteur privé. Les ludothèques se développent aussi dans les médiathèques. Fait nouveau des « 3ème lieu », tiers lieu ou Lieu unique apparaissent et intègre des supports multiples : musique, livre, jeu, jouet, micro-scène, ..mais aussi offrent des espaces multifonctionnels et des pratiques plurielles.

12 Associations Régionales animent le réseau des ludothèques adhérentes. (Source Association des Ludothèques Françaises).

Certaines associations régionales sont plus dynamiques que d’autres, leurs réseaux étant mieux structurés avec des professionnels plus militants, volontaires et disponibles.

Le réseau de la région Bretagne a par exemple travaillé à la réalisation avec la CAF a l’écriture d’un document intitulé « Mises en jeux » – La ludothèque, un espace de lien social et de soutien à la fonction parentale qu’il est possible de télécharger.

Une Fête MONDIALE a lieu chaque année le dernier week-end de mai. C’est un rendez-vous qui permet de rassembler autour du jeu les populations dans bon nombre de pays. En effet, les ludothèques sont aussi fédérées par une association internationale des ludothèques: ITLA.

Un congrès international a lieu tous les 3 ans.

En 2008, ce rassemblement a eu lieu à Paris à la Villette. Il a permis de rassembler 600 ludothécaires de 35 pays différents.

Site de l’association des ludothèques internationales : ITLA

passage de relais Brésil

Passage de relais entre la France et le Brésil qui organisa le congrès en 2011.

En 2011, au Brésil

En 2014, le congrès international des ludothèques s’est déroulé en Corée.

En 2017,  au Pays-Bas

En 2019, en Afrique du Sud à Johannesburg

Le prochain est envisagé en 2021 en Australie